Philippe Coudray
Page d'accueil
Biographie
Bibliographie
Bandes dessinées
Illustrations
Peintures
Dessins
Aquarelles
Dessins stereo
Photos

Cryptozoologie
Projets
Divers
Contact
Liens
 Dessins stereo (stereo drawings)
 
dessin stereo Voir des dessins stereo en anaglyphes
Voir des dessins stereo en anaglyphes sur le thème des fées, elfes et lutins
Voir des petits dessins en relief en anaglyphes
Voir les mêmes en divergence (et en couleurs)
Voir les mêmes en convergence, ou "vision croisée"(et en couleurs)
Voir les autostéréogrammes
Voir des dessins en relief à imprimer pour les observer à l'aide d'un miroir

La vision en relief est basée, comme vous vous en doutez, sur le fait que nous avons deux yeux. Parce qu'il est décalé par rapport à son confrère, l'œil gauche ne voit pas tout-à-fait la même image que l'œil droit. Le cerveau analyse les différences entre les deux images et reconstitue une seule image en relief.


Pour photographier en relief, il suffit, pour un sujet immobile, de prendre deux photos en décalant l'appareil horizontalement, en principe de l'écartement des yeux (environ 6 cm).

Si le sujet est en mouvement, cela se complique : il faut un appareil à double objectif, qui prend les deux photos simultanément. Pour se procurer un tel appareil et pour de plus amples renseignements, voir le site du stéréo-club français : http://www.stereo-club.fr


Une fois la photo en relief prise, on se heurte à deux difficultés :
- Le confort de vision, qui nécessite que les deux photos doivent être cadrées selon des règles précises, sans décalage en hauteur, avec un écartement horizontal des points homologues répondant à des règles, un effet de fenêtre (voir également les conseils du stéréo-club) etc.
- La vision elle-même de l'image. Il existe plusieurs procédés :
    - la visionneuse, dans laquelle on insère deux diapos (simple et efficace)
    - la projection sur écran non-dépolarisant avec filtres polarisant devant les projecteurs et les yeux (c'est déjà plus compliqué)
    - la mise en anaglyphe de l'image, c'est-à-dire en superposant les deux images, l'une étant passée en rouge et l'autre en bleu, à voir avec des lunettes rouge et bleu. C'est cette technique qui est utilisée le plus souvent pour diffuser des images sur Internet. Les images en relief présentées sont visibles avec de telles lunettes, et sur d'autres pages, en vision divergente et croisée.

Comment se procurer ces lunettes ?

Pour ma part, après une certaine pratique de la photo en relief je me suis rendu compte que l'intérêt du relief était encore plus fort lorsqu'il permettait de voir des choses que l'on ne voit jamais avec ses yeux. Autrement dit, plutôt que de revoir dans une visionneuse un paysage que l'on voit déjà en relief avec ses yeux, il est nettement plus intéressant de voir en relief des images nouvelles, comme par exemple des images macro : une fleur, un insecte, un acarien... ou des images en hyper-relief, permettant de voir en relief ce que l'on voit habituellement à plat parce que l'objet est trop élogné : montagnes, nuages, villes...


Pour ces images, ont utilise un écartement entre les deux prises de vue différent de l'écartement des yeux : plus petit pour les photos macros (jusqu'à quelques milimètres ou moins) et plus grand pour les photos en hyper-relief (jusqu'à plusieurs dizaines de mètres...). Voir les photos en hyper relief du site http://www.chez.com/alpesstereo/

J'ai diffusé mes dessins en relief dans la revue Psikopat (vision parallèle et croisée), dans le livre du centenaire du stéréo-club français, et au Château Imaginaire (exposition dans un parcours touristique en Aquitaine aujourd'hui fermée), ou des dessins que l'on ne peut voir que là sont exposés dans des visionneuses, sur le thème des fées, elfes et lutins.

Enfin, il y a des images en relief que l'on ne voit jamais avec ses yeux, ce sont les dessins en relief. Je me suis entrainé à cette pratique, et vous livre quelques exemples du résultat : chaussez vos lunettes !

Comment je fais mes dessins stéréos ? Je dessine d'abord un premier dessin au crayon, puis je dessine le deuxième par transparence par-dessus le premier, à la table lumineuse, (mais deux dessins sur calques peuvent faire l'affaire) en créant des décalages horizontaux en fonction du relief souhaité. Le décalage le long d'une ligne peut être progressif si l'on souhaite que la ligne traverse plusieurs plans.  Les premiers plans coïncident quand les feuilles sont l'une au-dessus de l'autre, ce qui crée l'effet de fenêtre, et les plans à l'infini coïncident quand les deux feuilles sont décalées d'environ 8 % de leur longueur (ça peut être plus ou moins selon l'importance du relief souhaité, à chacun de faire ses essais). Je visionne les deux dessins au crayon en vision croisée (debout avec les dessins par terre, le gauche à droite et inversement) pour repérer les erreurs et les corriger. Puis je les encre avec un stylo tubulaire pour avoir un trait régulier. Il faut ensuite photographier les dessins pour les voir en vionneuse ou en projection. La mise en couleurs se fait sur ordinateur, ce qui garantit que les couleurs soient les mêmes pour les deux dessins.
Si vous voulez essayer, commencez par dessins simples, avec d'abord uniquement des plans séparés à décalquer simplement avec un décalage horizontal (du genre une fleur, un arbre, l'horizon montagneux), puis continuez en dessinant une route en perspective, pour expérimenter des lignes allant du premier plan à l'horizon...).

English :

How I make my stereo drawings? I draw the fist drawing with a pencil
then I draw the second one working by transparency by placing the
first one over a light-box. I create horizontal shifts according to
the desired depth effect.
The shift along a line can be progressive if it is wished that the
line cross several plans.
The foregrounds coincide when the sheets are one above the other,
which creates the stereo window effect, and the backgrounds coincide
when the two sheets are shifted by approximately 8 % their width (that
can be more or less according to the importance of the desired relief,
each one should make his own tests).
I view the two pencil drawings in crossed-eye vision (upright with the
drawings on the ground) to pin-point the errors and to correct them.
Then I ink them with a tubular pen to have a regular and constant
line. It is then necessary to photograph the drawings to see them
into a viewer or for projecting them. The colors are done on the
computer, which guarantees that the colors will be the same on the two
drawings.
If you want to try, start with simple drawings, with only well
separated plans that can be duplicated simply with a horizontal shift
(like a flower, a tree and a mountainous horizon), then continue by
drawing a road in perspective, to try out lines going from the
foreground to the horizon...).

Comment mettre ses dessins en anaglyphes ?

Scanner les dessins en mode bitmap avec une résolution du double de la résolution définitive (donc 600 dpi pour imprimer, 200 pour écran). Puis sur un logiciel de dessin type Photoshop, passer en mode de gris. Descendre la résolution (300 dpi ou 96 ou 72 selon la résolution de votre écran), et réduire les dessins à la taille souhaitée.
Puis :
- Passer en mode RVB
- Pour le dessin gauche :  sélectionner les couches Vert et Bleu. Les effacer en sélectionnant tout (pomme A ou ctrl A) et en effaçant (flèche retour-arrière) avec la couleur d’arrière-plan blanche (on remplit ces couches de blanc).
- Dessin droit : faire de même avec la couche Rouge.
- Glisser les deux dessins sur un nouveau document RVB.
- Mettre le calque du dernier dessin glissé en mode produit (transparent).
- Vérifier les niveaux horizontaux.
- Fond coloré : afin de réduire les effets fantômes, il est bon de remplacer le fond blanc par un fond coloré. Dans ce cas, aplatir l’image afin que ce fond ne passe pas derrière les traits, puis remplir le blanc avec une couleur (pot de peinture, tolérance 11) à tester avec les lunettes. Exemple : RVB : 239,244,245 ou un peu plus bleu : RVB : 220 238 242.